Association I AM – ILLÉGALE – ADOPTION – MONDE

Je suis : Illégalement adopté-e à travers le monde

Je suis ; Nous sommes

logo de l'association I A M
une personne présente l'association

Présentation

Outre le plaidoyer, l’association se donnera, au fur et à mesure, les moyens d’accompagner,
d’écouter et d’aider les personnes adoptées et leurs proches.

point d'interrogation dans une bulle pour formuler la question du pourquoi la création de  l'association I A M

Pourquoi ?

Nous souhaitons œuvrer au national comme à l’international pour le respect des droits.

Deux mains se serrent pour illustrer les partenaires de l'association I A M

Les partenaires

Nous collaborons avec toutes associations et organismes au national comme à l’international qui œuvrent :

Dessin d'une liste pour illustrer les actions de l'association I A M

Nos actions

  1. Demander une enquête sur les adoptions illégales de 1960 à nos jours dans l’ensemble des pays d’origine.
Illustration de trois personnages pour la présentation des membres de l'association I A M

Les Membres

L’association I AM est une association collégiale. Elle est composée, actuellement, de 5 personnes.

Trois bulles de conversation pour illustrer les questions réponses de l'association I A M

Forum

En quelques mots, qu’est-ce qu’une adoption illégale ?

La meilleure façon d’expliquer ce qu’est une adoption illégale est de prendre la définition donnée par les Nations Unies

logo de l'association I A M
illustration de l'ensemble des continents

Présentation de l’association

I AM

L’association de fait créée le 14 juillet 2022, a pour vocation de devenir prochainement une association loi 1901.
Outre l’action de plaidoyer, l’association se donnera, au fur et à mesure, les moyens d’accompagner, d’écouter et d’aider les personnes adoptées et leurs proches. Nous nous focalisons principalement sur les adoptions internationales dès 1960 à nos jours et sur l’ensemble des 80 pays d’origine.
Nous accueillons également tout l’entourage de la personne concernée par l’adoption et qui pourrait trouver au sein de l’association de l’écoute, de la bienveillance et un partage d’expériences face à d’éventuelles démarches administratives spécifiques.

Que veux dire I AM ?

I AM ⇒ Illégale – Adoption – Monde
Je suis ⇒ Illégalement adopté-e à travers le monde.

Je suis parce que j’existe, bien avant mon adoption.
Je suis, malgré que l’on m’invibilise depuis tant d’années.
Je suis parce que nous sommes nombreux dans la même situation.
Je suis volé-e.
Je suis un-e français-e dans mon pays de naissance, un-e étranger-e dans mon pays d’adoption.
Je suis perdu-e.
Je suis et nous sommes.

etc.

Je suis, nous sommes, car nous ne nous révoltons pas ! Nous nous indignons !

I AM – Illégale Adoption Monde fait partie des réseaux :

logo d'une alliance de défense d'enfants victimes d'abus

Justice Initiative - European response to child abuse cases

L’Initiative Justice a été lancée en Suisse par des groupes de victimes, des universitaires et des ONG de toute l’Europe en tant qu’initiative politique commune.

Logo de groupe d'adoptés internationaux.

ICAV - Inter Country Adoptee Voices

Groupe réservé aux adoptés transraciaux, internationaux et interculturels.
Ce groupe encourage la réflexion critique sur l’adoption internationale

Pourquoi ?

Notre objectif

Nous souhaitons œuvrer au national comme à l’international pour le respect des droits.

• Le droit à la vérité
• Le droit à la justice
• Le droit à la réparation
• Le droit à une réforme institutionnelle
• Le droit à l’identité

Avec qui allons – nous travailler ?

Nos partenaires

Nous collaborons avec toutes associations et organismes au national comme à l’international qui œuvrent

• A l’intérêt supérieur de l’enfant et à la reconnaissance des victimes maintenant adultes.
• A l’accompagnement et soutiens des personnes adoptées adultes.

Nous pouvons aussi coopérer avec des États, comme avec des hautes autorités internationales tel que l’organisation des Nations Unies (ONU), la Conférence de La Haye (HCCH), instances européennes, etc.

Nos actions

Notre stratégie

Actuellement :

      • Demander une enquête sur les adoptions illégales de 1960 à nos jours dans l’ensemble des pays d’origine.
      • Sensibiliser les politiques aux conséquences d’une adoption illégale pour les personnes adoptées.
      • Porter la parole des adopté-es et rassembler autant que possible les individus ou organismes autour de projets et d’actions communes.
      • Permettre que les avancées dans un dossier, ou par rapport à un pays d’origine, puissent bénéficier au plus grand nombre.

À venir :

      • Rétablir le lien avec les familles d’origine.
      • Aider les personnes adoptées à prendre “en main” leur dossier d’adoption et les accompagner dans les actes qu’ils devront mener pour interroger la régularité de leur adoption.
      • Accompagner dans les démarches administratives et judiciaires, les personnes qui souhaitent faire respecter leurs droits quant à leur adoption illégale.
      • Organiser une exposition photo : « Je suis ; Nous sommes »
      • Etc.

Les membres

Association collégiale

L’association I AM est une association collégiale. Elle est composée de cinq personnes et d’une bénévole.

Ce sont les administratreur-trices ayant des responsabilités spécifiques avec une certaine autonomie.

Il est mis en place un bureau collégial composé de trois personnes décisionnaires pour la gestion courante respectant les objectifs et actions définies dans les sections correspondantes.

“Aujourd’hui adultes, nous pensons à nos parents biologiques et à l’enfant que nous avons été, celui que nous aurions pu être.”

Rency

Je suis née le 6 décembre 1978 à Pune en Inde. Adoptée à l’âge de 2 ans et demi via une adoption dite « individuelle ».

J’ai un enfant.

Line

Je suis née en 1998 à Haïti. J’ai été adoptée à 5 ans par une femme seule. Adoption via un organisme agréé pour l’adoption (OAA)

Ninon

Psychologue et psychothérapeute

“Tant de questions résonnent dans les esprits de ces adultes ayant dû faire le deuil forcé de leur origine, d’une vie qui ne peut être qu’imaginée aujourd’hui. Leurs paroles, leurs divers parcours de vie doivent être entendus et reconnus dans un chemin vers la résilience. Ils élèvent aujourd’hui leurs voix, ensemble, pour que leurs histoires trouvent un sens nouveau et accepté auprès de notre société. L’adoption vécue et subie plonge aujourd’hui les membres de cette association dans un combat à double enjeux. Le premier est une quête de justice, d’une reconnaissance de la violence vécue lorsqu’ils n’étaient encore que des enfants : enfants arrachés à leur famille, leur culture et leur terre. Le deuxième enjeu a une visée thérapeutique.

En effet, ces adoptions soulèvent de nombreux maux gommés et peu étayés. Parlons de la perte d’identité véhiculée, de la nouvelle identité donnée à l’image d’une culture inconnue, des modelages et collages effectués dans une quête d’amour et de défense face à la crainte criante de l’abandon. Parlons des deuils des familles perdues et du temps passé, d’une généalogie brisée par le silence ou le mensonge. Parlons de leurs souffrances à évoquer la notion de famille. Cette association vise à réunir toutes ces âmes, toutes ces personnes victimes, touchées par l’adoption de près ou de loin et qui aujourd’hui souhaitent rompre leur silence, leur isolement face à ces parcours de vie.”

Ninon, 2022

Li Nou

Adoptée en 1995 de Roumanie par l’intermédiaire du Rayon de soleil de l’enfant étranger, je suis aujourd’hui traductrice.

Sandie

Enfant adoptée du Vietnam, j’ai été accueillie par une famille française en 1975 dans le sud de la France. Je fais partie de ces enfants issus de l’opération militaire américaine baptisée Babylift, opération d’évacuation massive d’orphelins déclenchée par le président américain Gerald Ford juste avant la fin de la guerre. Au total plus de 3000 enfants ont été ainsi évacués et adoptés à travers le monde en avril 1975, sur une trentaine de vols.
Le premier vol a subi un sort tragique. Suite à un grosse défaillance technique, le commandant de bord a du faire demi tour vingt minutes après le décollage et a réussi à poser l’avion cargo tant bien que mal dans une rizière dans la banlieue de Saigon. Plus de 300 victimes dont essentiellement des enfants, le nombre à ce jour reste encore imprécis car la commission d’enquête américaine, diligentée sous la pression d’un collectif d’avocats, a mis en évidence que la majorité de ces enfants âgés de 6 mois à 10 ans n’avaient pas de passeports ni de visas de sortie du Vietnam. Le rapport fait également état de faux documents, de faux d’actes d’abandon et de fausses identités.
La position du gouvernement vietnamien n’a pas varié depuis 1975, et considère que ces enfants ont été volés. En France, la responsable de l’association « Les Amis des enfants du Vietnam » a déclaré que les archives du Babylift des enfants adoptés sur le sol français ont été détruites  suite à la demande du gouvernement afin de couper court à toute polémique et à toute revendication sur ces enfants par leurs mères biologiques. La commission d’enquête a révélé que plus de la moitié de ces enfants n’étaient pas éligibles à l’adoption : absence de consentement éclairé de la mère, absence de preuve selon laquelle ces enfants n’avaient pas de famille.
« Sur le plan juridique, le droit international sur la protection des personnes déplacées en temps de guerre fournit un cadre pour mener des poursuites contre les plus hauts responsables de l’opération. Trois au moins des articles de la convention de Genève de 1949 s’opposent à l’idée que des enfants puissent être évacués d’un pays en guerre dans le seul but d’être l’objet d’une adoption, sans possibilité de retour et en étant élevés dans une culture étrangère à la leur (Art 24,26 et 49). Ce procès n’a pas eu lieu.  » relate  Marie Bardet, auteur du roman Babylift, basé sur des faits réels et sur mon histoire).
Tous ces enfants ont été visés par une adoption dite plénière, et supprime par conséquent tout lien entre l’enfant adopté et sa famille d’origine. 47 ans après, nombreux sont les enfants aujourd’hui devenus adultes qui sont à la recherche de leurs origines.
De par mon expérience, j’ai décidé de faire partie de l’association I AM car je me sens concernée par le sujet des adoptions illégales.

Je suis l’attachée presse au sein de l’association.

Javier

Je suis né au Guatemala, volé pour l’adoption française en 1981. Adoption via un organisme agréé pour l’adoption (OAA) : Les amis des enfants du monde.

Artiste.  Développeur web en formation.

Forum

Questions – Réponses

Qu’est-ce qu’une adoption illégale ?

La meilleure façon d’expliquer ce qu’est une adoption illégale est de prendre la définition donnée par les Nations Unies

“ Les adoptions illégales violent de multiples normes et principes relatifs aux droits de l’enfant, y compris l’intérêt supérieur de l’enfant, le principe de subsidiarité et l’interdiction des gains financiers indus. Ces principes sont violés lorsque le but d’une adoption est de trouver un enfant pour les parents adoptifs plutôt qu’une famille pour l’enfant.”

| du HCDH Adoptions illégales (ohchr.org)

Que souhaitez-vous pour l’avenir de “I AM” ?

Nous souhaitons à l’association d’obtenir gain de cause pour l’ensemble des personnes adoptées, des avancées majeures en ce qui concerne la recherche d’origine, les tests ADN, l’application simple du droit existant, ainsi qu’une réforme de la législation qui ne reconnaît pas les adoptions illégales et la levée de la prescription.

Nous travaillerons à ce que l’association soit un des acteurs qui permettra que l’État français mette tout en œuvre pour empêcher les adoptions illégales aujourd’hui et demain.

Quelles conséquences peut avoir l’adoption lorsqu’elle est illégale ?

La première conséquence est la souffrance immédiate et continue subie par la famille biologique proche et élargie.

Le déracinement et une vie de mensonges, ainsi que de souffrance lorsque la personne adoptée pour des raisons qui lui sont inconnues ou enfuies s’interrogent sur les raisons de son adoption. Pourquoi j’ai été abandonné-e, par exemple. Ou à une sensation que tout est faux sans pouvoir l’expliquer, car il y a une seule histoire qui lui est racontée : celle d’avoir été abandonné-e par sa mère, sa famille, ses pairs … souvent culpabilisé-e par “l’action humanitaire, sauveur” des parents adoptifs.

Un drame, car plus le temps passe, plus les parents biologiques décèdent sans que la famille puisse se retrouver. Sans oublier les complications d’avoir une double identité et tant d’autres conséquences …

Posez votre question

Posez votre question pour le Forum en nous indiquant votre prénom ou pseudo, votre adresse e-mail avec pour objet : Forum.
Via le formulaire, soit directement à info@associationiam.org